poin-poin
Bannière

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Introduction à la Dub Techno (1/4)

King Tubby, Augustus Pablo, Lee Perry"Introduction" car il ne s'agira ni d'en faire l'historique ni d'être exhaustif, mais juste de donner quelques pistes au quidam désireux de s'aventurer dans les volutes enfumés de la dub techno. En effet, je ne vois pas bien comment un individu dans mon genre pourrait "lister" ce qui se fait de mieux en la matière, n'étant ni spécialiste ni DJ ni rien du tout. Trop de maxis confidentiels, d'artistes méconnus et de labels énigmatiques rendraient la chose périlleuse. C'est pourquoi nous ne ferons que tournicoter autour de quelques artistes majeurs afin de débroussailler à la machette un style aux ramifications multiples dont la première des influences se situe en Jamaïque, ich wilkommen bien sûr le dub, excroissance du reggae personnalisée par des olibrius comme King Tubby, Augustus Pablo ou encore Lee 'Scratch' Perry dans les années 70.

Brian Eno StudioN'ayant pas peur de passer pour un gland, je rappellerai que le dub est une musique basée sur la prédominance du tandem basse/batterie ainsi que sur l'ajout d'effets (réverbs, delays, cuts...) à des instrumentaux reggae, qu'on appelle aussi "versions". Ainsi débarrassées des voix (parfois conservées par bribes ou apparitions soudaines de mots, de phrases), les chansons deviennent alors de longues divagations sensorielles promptes à engendrer la rêverie et l'expansion espace/temps (prévoir un spliff, des coussins et un air abruti). Dub auquel nous ajouterons une pincée d'ambient dont Brian Eno fut l'un des principaux instigateurs, un soupçon de musique contemporaine minimaliste et répétititive école Steve Reich et inévitablement (ou presque) le fameux kick issu de la house music et de la techno. Si vous regardez par les hublots situés à droite de l'appareil, vous apercevrez la "deep house" et à gauche la "minimal techno". Plus loin mais toujours dans le giron, la techno de Detroit, la micro-house et l'électro dans son acceptation globale puisque la dub techno est avant tout une musique électronique, bien plus proche d'une esthétique "machinique" que de celle d'un reggae roots pur jus, malgré qu'il existe également un dub électronique contemporain.

Mis à jour ( Lundi, 14 Septembre 2015 09:50 ) Lire la suite...
 

KEITH MOON, la bombe humaine du rock (Camion Blanc)

Avant d'évoquer la biographie de Keith Moon de Tony Fletcher, parue chez Camion Blanc, laissez-moi poser une question qui me taraude depuis le moment où cette fille géniale, idéale, féerique, mélange subtil de classe, de gentillesse et de nichons bien placés, edelweiss souriant planté là exactement pour moi, me laissa pantois et désorganisé après avoir répondu d'un ton qui semblait laisser peu d'espoir à une existence euphorique, au moins pour les trente années à suivre : "Non, désolé, je ne veux pas sortir avec toi". Oui, pourquoi la vie se montre-t-elle parfois si méchante avec certains d'entre nous ? Même si, comme pour s'excuser de sa brutalité, elle sait y mettre les formes : la fille de mes rêves s'empressant dans la foulée de préciser qu'elle ne voyait pas d'objections à ce que nous restions bons amis.

Tentons une explication : parfois la vie s'ennuie à mourir. Dans ces moments là, somme toute dangereux pour son essence même, il lui faut un divertissement. Bien sûr, elle a les bactéries, les guerres, les tournois de bridge, la pornographie et bien d'autres facéties colorées, mais la vie, tel un enfant trop gâté, s'amuse bien plus en arrachant les pattes d'une mouche égarée qu'avec les centaines de jeux remplissant sa chambre. Ne la blâmons pas. Qui sommes-nous pour juger la vie ? Nous aussi, nous avons les guerres, les tournois de bridge, la pornographie et tout le reste, mais nous aimons davantage nous intéresser avec délectation aux petits malheurs qui frappent nos contemporains. Pendant ce temps-là, ça ne tombe pas sur nous, se réjouit une partie infantile de notre cerveau.

Mis à jour ( Lundi, 14 Septembre 2015 09:51 ) Lire la suite...
 

CAPTAIN BEEFHEART Part 5

Trois compléments indispensables.

Grow Fins: Rarities 1965-1982 (1999)

Coffret de 5 CD (publié aussi en vinyle en plusieurs volumes), où l'on trouve des inédits de Captain Beefheart, des pistes live datant de 1966, des acétates démos de 65 et 67 pour le premier CD. Des prises live de 68, dont les deux morceaux enregistrés au Midem en France sont réunis sur le deuxième CD. Les CD 3 et 4 sont consacrés aux sessions d'où sortira Trout Mask Replica - pour fans hardcore ultimes. Ce sont des bandes de travail enregistrées dans la maison du groupe à Woodland Hills. Le dernier CD est constitué de titres live qui s'étalent entre 1969 et 1980 avec comme témoignage historique marquant My Human Gets Me Blues enregistré fin 69 au festival d'Amougies. Le livret est une source irremplaçable d'informations, avec de très nombreux propos tenus par les musiciens du Captain, et qui souvent éclairent d'une lumière inédite l'histoire et les processus créatifs en œuvre dans le groupe. Et vous ajouterez quelques bandes vidéo live pour assaisonner le tout, disponibles sur le CD 4 (videos visibles sur ton tube à toi désormais !).

Mis à jour ( Lundi, 14 Septembre 2015 09:52 ) Lire la suite...
 
Plus d'articles...


JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Poin Flash

LA ZICMUCHE, le "blog lamentable", les girafons... Rejoignez LE FORUM POIN-POIN.

 

MIXTAPES téléchargez (c'est gratuit) the fabulous Mixtape Poin-Poin 1 - Mixtape Poin-Poin 2 - Battle Cidrolin/Rhume - Battle Rhume/Dahu - Battle Rhume Duclock - Battle Waka/Rhume

 

CRIME À LA CAMPAGNE : le 22e numéro de L'Indic, le "noir magazine", est arrivé. Sommaire ici.